Le quotidien de chacun est profondément changé depuis quelques jours, transformé d’une manière sans précédent. Les activités ralentissent ou simplement s’arrêtent, la liberté de mouvement est contrainte et les flux financiers traditionnels sont remis en question. L’anxiété individuelle et collective augmente fortement, chacun se demandant de quoi son destin immédiat sera fait. C’est tout à fait normal.
Ce basculement est si subit et inattendu qu’il prend tout le monde au dépourvu. En 2008, la crise était essentiellement financière, induisant assez rapidement des réponses vigoureuses de la part des banques centrales, adoptant par la suite des politiques non-orthodoxes. Pour certains – et certainement pour les secteurs des transports, loisirs, biens durables par exemple – cette crise ressemble à une combinaison de GFC (Great Financial Crisis de 2008), SARS (crise sanitaire de 2004) et 9/11 !