Août 2019 : toujours coincés dans le grand huit. C’est ainsi qu’on peut qualifier l’évolution des marchés financiers durant les derniers mois : les déclarations intempestives du locataire de la Maison Blanche sur sa croisade tarifaire et ses lourds et répétés reproches à la Réserve fédérale, les tensions politiques en Europe (Italie, Brexit), l’Argentine qui retrouve ses travers, le tout dans un contexte de poursuite du tassement conjoncturel contribuent à relever le degré d’anxiété des investisseurs. Dès le début du mois, les marchés des actions subissaient la douche froide des nouveaux tarifs (n’ayant même pas le temps de saluer la première baisse des taux directeurs de la Fed !) et ils n’ont pas récupéré depuis, même si les derniers jours du mois ont permis de panser les plaies.