Juillet 2022 : hardiesse bienvenue

Après un mois de juin particulièrement brutal (avec une poursuite de la baisse synchronisée des actions et des obligations), juillet se termine sur une reprise d’une rare ampleur, soutenue par la spectaculaire baisse des taux (mouvements toujours synchronisés, mais dans l’autre sens cette fois). Il s’agit du plus fort mois de juillet depuis 1939 pour le S&P500 ! Le rebond est particulièrement ébouriffant depuis le bas enregistré le 16 juin (au moment où les grandes banques centrales confirmaient leurs intentions strictes pour agir sur les taux). Cette reprise trouve son origine (comme d’habitude) aux Etats-Unis, les actions américaines déclassant largement le reste du monde. Ce sont les valeurs de croissance qui emmènent le peloton alors que les valeurs liées aux matières premières sont restées à la traine. Le changement de tendance sur les taux américains (modération des attentes d’inflation, craintes montantes de récession) a permis une amélioration modeste du sentiment (particulièrement déprimé) des investisseurs.